Les années 1880 dans l’Ouest canadien
19 mars 1885
Création d’un gouvernement provisoire par Louis Riel
26 mars 1885
Bataille de Duck Lake
27 mars 1885
Abandon du fort Carlton
29 mars 1885
Conflit à Battleford
2 avril 1885
Incident du lac La Grenouille
13 avril 1885
Bataille du fort Pitt
24 avril 1885
Bataille de la coulée des Tourond
2 mai 1885
Bataille de la colline Cut Knife
9 mai 1885
Bataille de Batoche
15 mai 1885
Capitulation de Louis Riel
26 mai 1885
Capitulation de Poundmaker
28 mai 1885
Bataille de la butte Frenchman
3 juin 1885
Bataille de Steele Narrows
28 juillet 1885
Procès de Louis Riel
5 au10 octobre 1885
Procès de huit personnes à Battleford
16 novembre 1885
Pendaison de Louis Riel
27 novembre 1885
Pendaisons au fort Battleford
Après les événements de 1885
Scroll Down

Dèfiler pour afficher le chronologie

La dernière et véritable histoire de l’Ouest du Canada

Dans l’Ouest canadien, les années 1880

sont une période de croissance, de développement, de tensions et de tragédies. Les bisons des plaines ont pratiquement disparu, et le mode de vie se transforme rapidement pour bien des gens qui vivent dans la région depuis des générations.

down

Avec l’arrivée des colons dans l’Ouest...

les Métis et les Premières Nations des Plaines craignent pour leur mode de vie. Les Métis en particulier sont inquiets quant à l’avenir des terres sur lesquelles ils se sont établis, le long des rivières Saskatchewan Sud et Nord.

Métis
Les Métis ont déjà eu ces craintes. En 1869-1870, Louis Riel s’était fait le porte-parole des Métis au cours de la résistance de la Rivière-Rouge et on espère que ses efforts diplomatiques pourront être répétés des années plus tard, en Saskatchewan.
RCMP Pit Helmet
Après les événements de 1869-1870, le gouvernement fédéral avait offert aux Métis un certificat qu’ils pouvaient échanger contre des terres ou vendre s’ils le souhaitaient. Certains Métis sont restés, ont acheté une terre et ont continué à vivre dans la région, mais d’autres ont vendu leur certificat et sont partis vers l’Ouest, dans ce qui deviendra l’Ouest du Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et les Territoires du Nord-Ouest. Des spéculateurs sans scrupules se présentent sous une fausse identité et vendent des certificats de Métis à l’insu des titulaires visés.

Louis Riel

En 1884, des représentants métis originaires de Batoche, de Prince Albert et de St. Laurent convainquent Louis Riel, qui vit alors au Montana, de revenir au Canada pour les aider à adresser une pétition au gouvernement fédéral afin qu’il réponde à leurs doléances. Ils avaient vu Louis Riel à l’œuvre en 1876 qui avait fait reconnaître la propriété foncière des Métis, et espèrent qu’il réussira de nouveau.

down

Cependant, en mars 1885, comme les nombreux efforts diplomatiques ont donné peu de résultats, les Métis constituent à Batoche un « gouvernement provisoire » pour leurs terres, et nomment Louis Riel président.

Gabriel Dumont

Gabriel Dumont

Louis Riel fait de Gabriel Dumont son commandant militaire. Celui-ci est un chasseur de bisons multilingue bien connu et a exploité un traversier sur la rivière Saskatchewan Sud pendant un certain nombre d’années, en amont de Batoche. Il possède par ailleurs deux quarts de section de terres agricoles à quelques milles au sud de Batoche.

down
map Batoche Duck Lake

19 mars 1885

Riel et les membres de son gouvernement saisissent l’église paroissiale à Batoche (Saint-Antoine-de-Padoue) qui devient le siège de son gouvernement provisoire.

Peu de temps après, Louis Riel, Gabriel Dumont et quelques volontaires occupent la collectivité avoisinante de Duck Lake.

Superintendent Crozier

26 mars 1885

Un groupe de la Police à cheval du Nord-Ouest, basé au fort Carlton sous le commandement du surintendant Crozier, s’approche de Duck Lake.

Battle La bataille de Duck Lake

Une bataille s’ensuit entre les Métis et la Police à cheval du Nord-Ouest (PCNO). Les Métis forcent la PCNO à battre en retraite.

Les deux camps subissent des pertes, qui s’élèvent à 18 morts et à 15 blessés.

map Fort Carlton Fort Battleford Batoche Duck Lake

27 mars 1885

La Police à cheval du Nord-Ouest abandonne le fort Carlton, craignant pour la sécurité des hommes après la bataille de Duck Lake.

Les Premières Nations qui vivent à une centaine de milles à l’ouest de Duck Lake, à proximité de Battleford, apprennent rapidement que les Métis ont battu la PCNO à la bataille de Duck Lake.

Chief Poundmaker Chief Big Bear

Chef Poundmaker

down

Chef Big Bear

down

29 mars 1885

Les Premières Nations, y compris les Cris de la réserve de Poundmaker (à l’ouest de Battleford) et les Assiniboines des collines Eagle (au sud de Battleford), se rassemblent et cherchent la sécurité par le nombre après les événements violents de la bataille de Duck Lake. Elles ont par ailleurs besoin de la nourriture et des fournitures promises à leurs peuples dans le cadre du Traité no 6. Ils demandent de l’aide à l’agent des Indiens à Battleford, mais n’obtiennent pas ce dont elles ont besoin

Battle Conflit à Battleford

Près de 500 civils à Battleford se sont réfugiés derrière la palissade du fort Battleford, le poste de la Police à cheval du Nord-Ouest situé à proximité.

Lorsqu’ils arrivent à Battleford, les membres des Premières Nations, affamés, trouvent la ville abandonnée; au cours des 5 à 6 jours qui suivent, ils prennent ce qu’ils ne sont pas en mesure d’obtenir autrement, comme de la nourriture, du bétail, des fusils et des munitions.

map Frog Lake Fort Carlton Fort Battleford Batoche Duck Lake

2 avril 1885

La tension est forte dans la région du lac La Grenouille à la suite du rejet de la demande de provisions des Premières Nations à l’agent des Indiens, Thomas Quinn. étant donné que ces Premières Nations ne sont pas établies dans une réserve, Thomas Quinn retient les rations, ce qui amène le chef de guerre Wandering Spirit à prendre la situation en main. Il dirige un groupe de guerriers de la bande de Big Bear dans le village de Frog Lake, lequel donne lieu à un incident violent.

Battle L’incident du lac La Grenouille

Neuf personnes du village sont tuées et trois sont faites prisonniers.

L’incident qui survient à Frog Lake est une autre preuve de l’insatisfaction croissante dans l’Ouest canadien et constitue un facteur qui contribue à la décision du gouvernement du Canada de déclencher une riposte militaire.

La réaction du gouvernement

Le gouvernement mobilise rapidement des troupes au Québec, en Ontario et dans les provinces maritimes et conclut des ententes avec la nouvelle Compagnie de chemin de fer du Canadien Pacifique pour les transporter dans l’Ouest. C’est au major-général Frederick Middleton que l’on confie le commandement.

RCMP Pit Helmet

Grâce à cette stratégie, le premier ministre à l’époque, John A. Macdonald, tient un motif pour lui permettre de tenir sa promesse électorale, soit l’unification du pays au moyen d’un chemin de fer.

Additional Forces

De plus, la force de campagne de l’Alberta voit le jour à Calgary; elle est composée de membres de la Police à cheval du Nord-Ouest, de soldats à la retraite, d’éleveurs de bétail et de cowboys et a l’appui de volontaires militaires récemment recrutés au Québec.

map Fort Pitt Frog Lake Fort Carlton Fort Battleford Batoche Duck Lake

Battle La bataille du fort Pitt

Après l’incident du lac La Grenouille, la bande des Cris, avec à sa têtele chef de guerre Wandering Spirit, quitte la région en direction du sud-est pour s’installer sur une colline surplombant le fort Pitt. Il s’agit d’un petit poste de la Police à cheval du Nord-Ouest et d’unposte de traite, situés sur la rive nord de la rivière Saskatchewan Nord.

15 avril 1885

La bande des Cris du chef Big Bear, avec à sa têtele chef guerrier Wandering Spirit, assiège lefort le15 avril 1885. Les Cris interceptent des policiers éclaireurs; ilstuentun gendarme, enblessent un autre eten capturentun troisième. Les commerçants de fourrure négocient avec les Cris et acceptent d’abandonner le poste et d’être détenus dans le camp de Big Bear. Ce dernier libère les 23 agents de police et leur permetde s’enfuir en descendant la rivière, mais il garde les villageois en otage et détruit le fort. Six jours plus tard, l’inspecteur Francis Dickens (le fils du célèbre romancier Charles Dickens) et ses hommes arrivent à Battleford.

map Fish Creek/Tourond's Coulée Fort Pitt Frog Lake Fort Carlton Fort Battleford Batoche Duck Lake

23 avril 1885

La milice canadienne se déplace prudemment vers l’aval à partir de Saskatoon etde Clark’s Crossing, en direction de Batoche. Le général Middleton a divisé ses forces, la moitié sur chaque berge.

Entre-temps, Gabriel Dumont et environ 200 hommes remontentla rivière à partir de Batoche lelong de la rive est, jusqu’à la coulée des Tourond etprévoient tendre une embuscade à la milice lorsqu’elle traversera cette grande coulée.

Battle La bataille de la coulée des Tourond

Le matin du24 avril, avant de traverser la coulée, un cavalier canadien découvre l’embuscade, et les deux côtés ouvrent alors le feu. La bataille de Fish Creek/de la coulée des Tourond a causé plus de vingt morts, des dizaines de blessés; elle est considérée comme une victoire pour les Métis.

Par après, le général Middleton décide de ralentir son avance sur Batoche, de regrouper ses forces sur la rive est du cours d’eau et d’attendre les renforts.

map Poundmaker Hill Fish Creek/Tourond's Coulée Fort Pitt Frog Lake Fort Carlton Battleford Batoche Duck Lake

Entre-temps, une colonne de plus de 700 soldats canadiens, avec à sa têtele lieutenant-colonel William Otter, arrive au fort Battleford afin de porter secours à la petite garnison et aux centaines de civils qui s’y sont réfugiés. Quelques jours plus tard, William Otter ordonne delancer une attaque contre la bande de Poundmaker en représailles au pillage de Battleford.

2 mai 1885

Le 2 mai, William Otter, à la tête d’une colonne de 330 hommes, attaque les Cris et les Assiniboines à la colline Cut Knife, les prenant par surprise peu après l’aube. Neuf bandes crieset trois bandes assiniboines y avaient installé leur campement.

Battle at Poundmaker Hill Bataille de la colline Cut Knife

Après six heures de combat dans les couléeset les ravins, les Cris et les Assiniboines, avec à leur têtele chef de guerre cri Fine Day, obligent William Otter à battreen retraite. Le chefPoundmaker intervient alors pour empêcher son peuple de s’en prendre aux troupes en fuite, leur épargnant ainsi d’autres pertes. De part et d’autre, les pertes s’élèvent à 23 morts et à 17blessés.

map Poundmaker Hill Fish Creek/Tourond's Coulée Fort Pitt Frog Lake Fort Carlton Battleford Batoche Duck Lake

La bataille de Batoche

9 mai 1885

Le matin du 9 mai, le général Middleton et ses forces réapprovisionnées lancent leur premièreattaque sur Batoche.

SS Northcote Running the Gauntlet

Le SS Northcote

Le plan consiste à utiliser le vapeur à aubes Northcote pour mener une attaque de diversion sur la ville à partir de la rivière : débarquer50 soldats à l’arrièredela ville pendant que le gros des troupes attaque le front.

However, the defenders of Batoche were able to disable the Northcote by lowering the Batoche Ferry cable which sliced off the Northcote's smokestacks, rendering the ship powerless. The Northcote gradually drifted downstream, and out of the battle. In addition, the main body under Middleton was late in reaching the settlement, and the following action was scattered and inconclusive. The Militia eventually retired to a 'Zareba' (a fortified camp), for the night.

Gatling Gun Bayonet Charge

10 et 11 mai 1885

Pendant les deux jours qui suivent, les troupes attaquent les lignes des Métis avec peu desuccès et retournent à leur camp chaque soir.

La mitrailleuse Gatling

Pendant les trois jours que dure la bataille, la milice utilise une mitrailleuse Gatling (un despremiers modèles de mitrailleuse) contre les défenseurs métis et autochtones. La mitrailleuse n’est pas très efficace au cours de la bataille, mais elle a un effet psychologique sur les défenseurs.

Weary, and running low on ammunition, the Métis had staved off the attacks as long as they could.

Middleton's Plan

12 mai 1885, La capture de Batoche

épuisés et à court de munitions, les Métis résistent aux attaques aussi longtemps qu’ils le peuvent.

Le 12 mai, après une diversion qui réussit à éloigner nombre de Métis de leurs positions défensives, Batoche est prise à la suite d’un assaut frontal.

15 mai 1885

La résistance des Métis est brisée et, le 15 mai, Louis Riel se rend.

26 mai 1885

Le chef Poundmaker est arrêté au fort Battleford. Venu au fort Battleford avec l’intention de parler de paix, le chef Poundmakerl est arrêté par les forces du général Middleton et placé en détention.

map Frenchman Butte Poundmaker Hill Fish Creek/Tourond's Coulée Fort Pitt Frog Lake Fort Carlton Battleford Batoche Duck Lake

Alors que les combats continuent dans ce qui est aujourd’hui la Saskatchewan, le major-général Thomas Bland Strange, accompagné de sa force de campagne de l’Alberta, quitte Calgary et se dirige vers le nord, puis vers l’est en direction du fort Pitt, qu’il atteint le 25 mai.

28 mai 1885

Le major-général Strange et ses troupes localisent les Cris du lac La Grenouille au nord d’une colline élevée, appelée la butte Frenchman.

Battle La bataille de la butte Frenchman

Environ 200 guerriers, le chef de guerre Wandering Spirit à leur tête, sont retranchés dans des trous de tirailleurs dominant une vallée escarpée au fond de laquelle coule un ruisseau marécageux. Strange et ses forces occupent l’autre versant de la vallée, et les deux camps échangent des tirs pendant des heures.

Strange et ses forces retournent au fort Pitt pour s’approvisionner et prendre d’autres munitions. Les Cris et leurs otages partent vers le nord-est en direction du lac Makwa.

map Steele Narrows Frenchman Butte Poundmaker Hill Fish Creek/Tourond's Coulée Fort Pitt Frog Lake Fort Carlton Battleford Batoche Duck Lake

3 juin 1885

La Police à cheval du Nord-Ouest, commandée par le major Sam Steele, réussit à rattraper la bande de Big Bear, dirigée par le chef de guerre Wandering Spirit, qui a battu en retraite après la bataille de Frenchman Butte.

Battle of Steele Narrows La bataille de Steele Narrows

Les Cris font preuve de détermination avec ce qu’il leur reste munitions, mais s’enfuient après avoir perdu quatre hommes. C’est là que sont tirés les derniers coups de feu de la fin de la résistance.

2 juillet 1885

à la fin des combats, le gouvernement canadien détient Louis Riel et le chef Poundmaker. Gabriel Dumont s’est enfui au Montana après la bataille de Batoche; et le chef Big Bear est recherché par la Police à cheval du Nord-Ouest du fort Battleford.

29 juillet 1885

Le procès de Louis Riel commence. Il doit répondre à six accusations de trahison pour le rôle qu’il a joué dans ce que le gouvernement appelle une rébellion et ce que les Métis considèrent une résistance

Louis Riel's Jury

Le jury

Le procès de Louis Riel se déroule entièrement en anglais, et le jury est constitué uniquement d’anglophones qui ne sont pas Métis.

à l’issue du procès, qui a duré cinq jours, le tribunal rend un verdict de culpabilité. Louis Riel refuse que son avocat tente de le faire déclarer non coupable pour cause d’aliénation mentale.

La vie, sans la dignité de l’intelligence, ne vaut pas d’être vécue.

-Louis Riel

31 juillet 1885

Après seulement une demi-heure de délibération, le jury reconnaît Louis Riel coupable, qui est condamné à mort.

Louis Riel

Je suis content que la Couronne ait prouvé que je suis le chef des Métis du Nord-Ouest. Je serai peut-être un jour reconnu pour plus qu’un chef de Métis, et si je le suis, j’aurai l’occasion de me faire reconnaître comme chef pour le bien, dans ce grand pays.

-Louis Riel

5 au 10 octobre 1885

Du 5 au 10 octobre, les six Cris de la bande de Big Bear sont reconnus coupables des meurtres à Frog Lake, et les deux guerriers assiniboines, sont reconnus coupables de la mort d’un fermier et d’un instructeur agricole près de Battleford. Ils sont condamnés à mort.

16 novembre 1885

Après plusieurs appels devant les tribunaux et les pouvoirs politiques, Louis Riel est pendu aux casernes de la Police à cheval du Nord-Ouest à Regina, en Saskatchewan.

27 novembre 1885

Les huit membres des Premières Nations sont pendus au fort Battleford. Il s’agit de la plus importante pendaison collective de l’histoire du Canada.

Après les événements de 1885

La résistance de 1885 a transformé de nombreuses vies, sans compter qu’il s’agit d’une période de fortes incertitudes et de vives craintes. Ces conflits ont entraîné la mort de beaucoup de gens dans tous les camps, y compris parmi les membres des Premières Nations, les Métis et les forces du gouvernement. Plusieurs générations de Premières Nations et de Métis en Saskatchewan ont subi les effets à long terme de ces événements, faisant l’objet d’une marginalisation accrue après la résistance. Les habitants des plaines ont par la suite dû faire face à bien des difficultés pendant que se poursuivait la colonisation de l’Ouest canadien.

Il convient de souligner qu’il existe de nombreuses interprétations et des points de vue variés concernant certains événements historiques. Il arrive souvent que les vainqueurs, quel que soit le conflit, soient les premiers à raconter l’histoire, et que leurs voix ressortent nettement parmi les différents points de vue.